Épeire diadème

Araneus diadematus Clerck, 1758

Classe : Arachnida Ordre : Araneae Famille : Araneidae Genre : Araneus
Chargement...

  • 251
    observations

  • 35
    communes

  • 35
    observateurs

  • Première observation
    2014

  • Dernière observation
    2024
Bareyre Thomas - Barrera Gael - Brook Shamgar - Coulet Bruno - D'accunto Andrea - Darmuzey Thierry - Durret Cassandra - Encinas Lilian - Falke Claude - Filloleau Ludovic - Gasperini Maurice Annie - Giffon Pierre - Giraud Eric - Goetz Marie - Jaubert Marie - Jouvenez Gaëtan - Jouvie Marc - Juniot Baptiste - Laurence Frédéric - Leblanc Olivier - Louvel Thiery - March Dylan - Martinet Alexis - Nougaret Jean-marie - Patroni Gilbert - Paumier Jean-marc - Pelissier Robert - Quédreux Soham - Reglade Michel Antoine - Seguin Chantal - Seguinel Louise - Senes Edith - Thevenin Simon - Viton Robin - Weimer Robert

Informations espèce

Distribution mondiale

toute l’Europe, Moyen-Orient, Asie du Nord, Amérique du Nord

Caractères distinctifs, espèces

Taille - femelle : 10-20 mm, mâle : 5-11 mm.

La coloration générale est brune. Le dessin du dos de l’abdomen (folium), avec un ensemble de taches blanches formant une croix et avec une partie médiane brune se terminant en pointe, bordée d’une ligne blanche dentelée, est caractéristique d’un groupe d’épeires (A. diadematus, A. marmoreus et A. pallidus). La distinction avec A. pallidus, méridionale, nécessite l’observation des pièces génitales.

Milieux colonisés

Elle colonise tous les milieux qui permettent de tisser une toile assez grande, du sol jusqu’à une hauteur de 1m50-2m. On l’observe plutôt dans des milieux pas trop secs et rarement en forêt épaisse.

Chasse

La toile capture une grande variété d’insectes volants. L’araignée capture les plus gros mais délaisse les plus petits (par exemple les pucerons) qui seront consommés au moment de la réfection de la toile.

Développement, cycle

Le cycle est annuel en France, mais peut atteindre deux ans (biennal) pour quelques individus. Les mâles sont présents de fin août à septembre, les femelles de septembre au début de l’hiver.

Devenu adulte, le mâle recherche les femelles qu’il trouve grâce aux phéromones qu’elles dissipent dans l’air. La parade, qui a lieu à partir de la toile, est particulièrement longue. Dès la fin de l’accouplement, le mâle est souvent agressé. La ponte a lieu en automne. Les cocons sont cachés dans la litière, sous les écorces. Chaque cocon comprend plusieurs centaines d’œufs (500 à 900). Il existe une diapause embryonnaire levée par le froid. Les jeunes sortent des cocons en mai. Ils restent quelques jours ensemble puis se dispersent. Les individus n’ayant pas atteint le stade adulte en hiver, ou des femelles non fécondées, peuvent survivre. Mais les femelles ne pondent qu’en jours décroissants, aussi le cycle ne sera-t-il bouclé qu’à l’automne suivant.

Non renseigné pour le moment
Non renseigné pour le moment
Araneus diadematus nemorosus Simon, 1929 | Araneus diadematus soror (Simon, 1874) | Araneus diadematus stellatus (C.L. Koch, 1836) | Araneus diademus (Clerck, 1758) | Epeira diademata (Clerck, 1758)

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles